Diaspora algérienne: le partage ou l’invulnérable héritage

Diaspora algérienne: le partage ou l'invulnérable héritage

Le partage est une de ces qualités incontestables pour les membres de la diaspora algérienne établis dans les différents pays étrangers. Une vertu exportée du bled qu’ils héritent des anciennes générations qui avaient emprunté les chemins de l’immigration, bien malgré eux pour certains. 

 

L’immigration algérienne ne date pas d’aujourd’hui. Un départ en masse a été enregistrée durant les premières années post- indépendance. Ils étaient en effet des centaines d’Algériens qui avaient quitté le bled dans les années 1960 et 1970. La plus part d’entre eux se sont retrouvés en France notamment en quête de travail surtout.

La vie n’était tendre avec eux dans ce pays. La diaspora algérienne a souffert le martyr alors, selon les propos de ces émigrés. Pour s’en sortir, ils ont du faite appel à la solidarité ancestrale et légendaire des Algériens. Ils s’entraidaient et se partageaient le bon et la mauvais entre eux. Ils se prennent en charge mutuellement en offrant le logé et la nourritures aux nouveaux débraqués notamment.

Diaspora algérienne: tel père tel fils

Cette vertu est restée intacte chez les nouvelles générations de la diaspora algérienne. Des ressortissants n’hésitent toujours pas à proposer des services et à aider leur compatriotes en difficulté. Pas que. Lorsqu’un d’entre eux fait face à une mauvaise posture, c’est toute la communauté qui l’entoure et se mobilise pour lui.

« J’ai perdu mon père décédé au bled et c’était toute la diaspora algérienne de la région qui venait chaque journée chaque soir pour me consoler et veiller avec  moi jusqu’à des heures tardives de la nuit. je ne me suis jamais senti seule », raconte un jeune sans papier originaire de la wilaya de Tizi-Ouzou vivant à Paris.

Diaspora algérienne: la nostalgie du bled partagée

Force est de constater par ailleurs que les Algériens  n’hésitent pas à se partager toute nourriture reçu du bled. Des annonces sont même faites sur les réseaux sociaux  invitant les autres à venir récupérer un tel ou tel produit venu de l’Algérie.

une ressortissante algérienne a informé sur son compte Facebook qu’elle venait de recevoir une quantité de la Rechta et a appelé ceux qui veulent en prendre de venir en récupérer chez elle. Ce n’est là qu’un exemple parmi des dizaines d’entre.

Selon des témoignages, il s’agit là d’un fait courant en France, en Espagne, en Allemagne ou encore en Italie et autres. On se partage même la nostalgie du bled, disent-ils.

 

Lire aussi: Aides sociales: Allocation veuvage, connaissez- vous?

Allocation de rentrée scolaire : Pourquoi cette aide n’est-elle versée qu’à partir du CP ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *